Kahman

République Terrane - Les Chroniques d'un Tankiste

2 posts in this topic

Esamir, 5 décembre 2849.

Je suis au garde-à-vous, au sein d'une assemblée de fiers Terrans. Tous les sous-officiers et officiers du détachement militaires sont présents. Le Capitaine détaille les nombreux avantages et l'importance stratégique de l'opération que nous effectuerons dans le secteur Sud du continent.

 

Esamir, une contrée froide mais riche en minéraux. Ces minéraux sont vitaux pour maintenir l'effort de guerre et pour briser la rébellion capitaliste et fanatique, respectivement le Nouveau Conglomérat et la Souveraineté Vanu.

"Il est important pour les troupes d'infanterie de sécuriser un maximum de points de contrôle avant que l'ennemi puisse réagir. Ainsi, nous allons devoir mobiliser des transports de troupe terrestres pour déplacer l'infanterie entre ses différentes objectifs de capture.

Les Blindés vont devoir parcourir la route avec les transports de troupe, et devront les devancer pour ouvrir la voie. Aucun ennemi ne sera à attendre sur les 40 premiers pourcents du trajet. Cependant, le pont de Bridge Water représente un goulot d'étranglement naturel où l'ennemi postera surement des défenses. Le Chef Blindés, le sergent-major Kesserline, s'occupera de briser ces défenses et de permettre aux transports d'avancer.

Les blindés seront couvert par un Liberator, piloté par le Chef d'Escadrille Principale. Son second s'occupera de mener des Mosquitos pour sécuriser l'espace aérien.

La rapidité est la clé...

Le Capitaine effectue une brève pause dans son briefing et regarde tour à tour l'assemblée qui l'écoute. Je jette moi aussi un coup d’œil aux officiers et sous-officiers participant au briefing. Le Chef d'Escadrille Principale me fixe du regard, le visage caché derrière son casque de pilote. Il détourne rapidement son attention. Eh, j'intimide la jeunesse.

... et c'est pour ça que je compte sur la participation active des blindés et de l'appui aérien sur cette opération. Chef d'escadrille, chef bombardier, chef blindés. Avez-vous des questions ?"

Je reste silencieux, les objectifs sont clairs. Mes effectifs sont définis avec précision, de même pour mon périmètre d'action. Je suis toujours au repos, fermement ancré au sol, les pieds légèrement écartés l'un de l'autre. Les mains croisées dans le dos. Posture réglementaire lors de l'écoute d'un briefing. Mais bien sûr, les pilotes sont dispensés de le faire. Il n'y a que des jeunes têtes brûlées là-bas, ils ne connaissent pas la discipline nécessaire du combat au sol.

"Alors vous pouvez disposer. Vos appareils et véhicules doivent être prêts dans 300 secondes maximum. Je veux qu'à Deux-Un-Zéro-Zéro, nous lancions l'opération."

Je sors du QG. Le vent m'accueille comme un vieil ennemi. Je ne porte pas de casque, je veux voir l'ennemi de mes propres yeux. Je marche jusqu'à ma meute de chars de combat. Trois Prédateurs, des chars trapus avec une tourelle demi-sphérique munie d'un double canon de 120mm. De véritables machines de terreur et d'impitoyable destruction.

La neige crisse sous mes rangers. Chacun de mes pas m'enfonce dans une dizaine de centimètres de poudreuse. Le QG s'active bruyamment. Plusieurs détachements similaires au nôtre se préparent à partir également. C'est un déploiement d'envergure qui s'annonce...

Les chefs de char Nikolai et Meeker discutent depuis leurs tourelles de chars, les écoutilles ouvertes. Ils se tournent vers moi lorsque je m'approche d'eux. Je lève la main droite, je fais apparaître trois doigts, puis, l'index en l'air, la fait tournoyer légèrement à côté de ma tête, à la verticale. Signal : 3 minutes. Départ. Ils hochent la tête, je les vois se pencher pour transmettre mes ordres à leurs pilotes.

Je grimpe sur la carlingue de mon blindé, ouvre l'écoutille et rejoint mon pilote. Les chars Prédateurs n'ont que deux places. Le pilotage et l'utilisation de la tourelle principale est effectuée par une seule et même personne. Étant Chef de char et Chef de meute, je suis posté sur l'arme secondaire. Un gigantesque lance-roquette de deux mètres de long fixé sur pivot sur le dessus de la tourelle et tirant des projectiles 150mm. Cette arme secondaire est utilisable depuis l'intérieur du blindé, bien évidemment.

"Adrian, départ dans 3 minutes, fais chauffer le moteur.

J'effectue une série de vérifications avec mon pilote. Munitions, réserves de carburant. Intégrité de la coque et du blindage externe. Mon pilote me confirme que tout est bon de son côté. J'active mon vox comms d'escouade :

"Nikolai, Meeker. Statuts ?

- Tout est bon pour moi.

- Idem."

Je souris, deux chefs de chars vétérans. J'ai pu combattre de nombreuses fois à leurs côtés. Des plaines désertiques sableuses d'Indar jusqu'aux vallées verdoyantes d'Amerish. De valeureux atouts pour la force militaire Terrane.

J'ordonne le déplacement des chars sur l'avant de la colonne de transports de troupes. Les trois transports terrestres qui la composent sont déjà alignés.

Le vox comms global s'active, le Capitaine s'adresse à tout le détachement militaire :

"Deux-Un-Zéro-Zéro. Mouvement pour tout le monde. Bougez sur vos points de passages respectifs."

Mes chars sont prêts, les moteurs ronronnent déjà. Mon pilote ne se fait pas prier deux fois et n'attend pas ma confirmation. Ma meute se lance à pleine vitesse sur la route en face de nous. Direction Est. La route n'a quasiment pas de neige dessus tellement elle est empruntée.

J'ouvre l'écoutille de la tourelle pour prendre de la hauteur. Le froid tente de geler mon visage, mais quelques dizaines d'années de service militaire l'ont rendu insensible aux quelques -25°C du continent. Je vois l'appui aérien sortir de la Warpgate et survoler le fleuve gelé sur notre flanc gauche.

Quelques minutes plus tard, j'entends déjà une série d'explosion dans cette direction. Aussi indisciplinés qu'ils soient, les pilotes ont tendance à rester efficaces. C'est à nous, les troupes terrestres de leur montrer que la discipline saurait les rendre encore meilleurs.

Nous empruntons un pont, les véhicules de transports nous suivent à 20 mètres derrière. Nous progressons en colonne, je suis en tête, Nikolai est second et Meeker est en troisième.

Tout d'un coup, je vois une gerbe de neige sur notre flanc droit, à une centaine de mètres de distance, au dessus d'une colline. Nous nous approchons du front de la Souveraineté Vanu. D'impitoyables et retors fanatiques vouant leurs existences à la supériorité d'une race alien. Connaissant leurs stratégies de harcèlement... Je lève le poing. Puis, je l'abaisse sur la droite, main dépliée. Signal : Arrêt, puis formation d'une ligne.

"Potentiel contact sur la droite. Ancrage dès que vous êtes en formation."

Les transports de troupes restent sagement derrière. Les tourelles défensives des transports surveillent les horizons et les arrières. Des dispositifs d'ancrage sortent des jupes blindés sur les côtés du char et s'enfoncent dans le sol. Adrian tourne la tourelle de mon Prédateur sur le flanc droit, les autres Prédateurs font de même. Un brusque reflet métallique apparaît de nouveau au-dessus de la colline, puis un vrombissement de moteur se fait entendre. Deux moteurs même.

Deux tous-terrains armés de classe Offenseur apparaissent. Ces véhicules sont standards, mais leurs armements sont exotiques et sont définitivement d'origine Vanu. Des rafales de projectiles plasma atterrissent sur la neige et commencent à vitrifier le sol.

"Mon char prend le premier. Nikolai, Meeker, vous prenez celui de gauche. Feu dès l'acquisition de la cible."

Deux battements de cœur plus tard, les doubles canons de mon Prédateur expédient deux obus à charge perforante en direction des véhicules ennemis. Quatre autres obus, en provenance de ma meute partent également. Les tirs sont précis, la salve était préparée. Le premier véhicule n'est touchée qu'une fois. Mais le second est touché par trois obus simultanément, il explose et sa carcasse vient achever son camarade agonisant et en flammes.

Ma meute envoie une seconde salve d'obus pour s'assurer que les équipages ennemis n'aient pas pu survivre.

"Déploiement, on reprend la route. Bridge Water est à 5 minutes. Restez en éveil."

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Reformez la colonne. Je reste en tête."

Les Prédateurs se remettent en ordre de marche, suivis de près par les transports de troupes. Aucune autre embuscade ne nous attend aux abords du pont. Il y a même des troupes alliées dans le secteur, bloquées. Certaines unités alliés ouvrent le feu depuis l'entrée du pont jusqu'à l'autre bout. D'autres unités de véhicules (lourdement blindées ou légèrement blindées) effectuent un tir de barrage depuis la rive du fleuve gelé, bombardant la rive tenue par l'ennemi.

Soudain, Adrian pile. Les chenilles du Prédateur se bloquent et crissent dans la neige sur une petite distance. J'ai failli être arraché à l'écoutille de la tourelle. Un transport de troupe a failli nous percuter, roulant dans notre direction sans chercher à nous esquiver. Le pire.. c'est qu'il s'agit d'un transport de troupe allié. Sûrement d'une bleusaille. J'entends plus que je ne vois la colonne de véhicules ralentir derrière moi.

"Ralentissement dû à une bleusaille. Nikolai, Meeker, saluez comme il se doit l'incompétence de ce conducteur.

- Avec plaisir Chef.

- Fort et clair, Chef."

Les Prédateurs dépassent le véhicule de transport. Au cours de cette manœuvre, les chefs Nikolai et Meeker enchaînent doigts et bras d'honneur ainsi qu'une multitude de railleries sur l'arbre généalogique du conducteur fautif.

Ma meute se met en position à l'entrée du pont. Il est tout juste assez large pour que deux véhicules passent de front. J'ordonne un placement en échelon. Nikolai sera derrière moi, légèrement à droite pour que sa tourelle puisse faire feu. De ce fait, Adrian pourra manœuvrer plus facilement à droite et à gauche pour des esquives ou des placements de tirs et Nikolai rajoutera sa puissance de feu en simultané avec mon tank. Meeker restera en réserve et s'apprêtera à nous devancer si nous devons ralentir pour des réparations d'urgence.

 

L'adrénaline commence à couler à flots dans mes veines. Des années de combats, des mois, des jours à servir l'armée. Mais rien ne vaut une belle charge en ligne droite, à découvert sur un gigantesque pont. Je passe ma main sur mon terminal de poignet. Un bip vert intervient 15 secondes plus tard. Le signal est transmis et j'ai eu ma réponse. Un sourire froid, à l'image de ce continent, apparaît sur mon visage.

"Vous connaissez la chanson. La colonne ne s'arrête sous aucun prétexte. On peut ralentir, mais on ne s'arrête pas. Le checkpoint ennemi se trouve à 100 mètres après ce pont, l'infanterie doit pouvoir l'investir."

Je balance mon bras vers l'avant, pointant vers la sortie du pont. Beuglant de ma plus belle voix de stentor : "En avant !"

Le moteur de mon Prédateur rugit. Mon char s'élance à toute vitesse jusqu'à la sortie du pont. Une cible commence à apparaître à l'autre bout, un transport de troupes. Il commence à ouvrir le feu avec ses tourelles défensives dans notre direction. Je redescends à l'intérieur de l'habitacle et scelle l'écoutille de la tourelle.

"Feu à volonté, salves en continu. Aucune cible ne nous barrera cette route."

Les canons de mon char hurlent leur rage à l'encontre du pauvre transport situé à plusieurs centaines de mètres de nous. J'active la tourelle secondaire et lance un projectile sur la cible. Cette dernière finit par exploser, mais certains fantassins ont réussi à s'extraire du véhicule. Ils manœuvrent de part et d'autre pont, se protégeant avec les piliers pour maintenir un tir de suppression sur nous. Les tirs d'armes légères ne font que ricocher sur notre blindage, mais une gerbe de plasma frôle la tourelle de mon blindé.

Nous ne sommes plus qu'à 300 mètres de la sortie du pont.

 

Un blindé lourd de la Souveraineté Vanu glissa devant la sortie du pont, face à nous. La Souveraineté Vanu n'utilise pas de blindés conventionnels comme notre bien aimée République, ou ces traîtres du Nouveau Conglomérat. La Souveraineté Vanu est un concentré de fanatiques persuadés que la technologie et l'illumination de leur déesse Vanu, une entité extraterrestre, est la prochaine étape de l'évolution. Qui dit technologie extraterrestre dit technologie exotique.

 

Ce blindé est nommé Magrider. Mag pour Magnetic Rider. Il s'agit d'une véritable plateforme blindée avec canon fixé à l'avant, la plateforme génère une véritable vague d'ondes magnético-gravitationnelles (pardonnez l'approximation, mais je suis militaire, pas scientifique). Ce blindé flotte donc, capable de se déplacer dans toutes les directions, sauf la verticale. On pourrait presque le qualifier d'hover-copter... s'il n'était pas trop lourd pour s'envoler.

 

Le char adverse utilise son canon principal pour expédier une charge de plasma dans la direction de mon véhicule. Pas le temps d'esquiver, le plasma s'écrase sur le blindage frontal. C'est un coup dur, mais le blindage tient bon. Mes canons et ceux de Nikolai rugissent. Cependant, le blindé adverse se déplace latéralement et esquive trois obus sur quatre. Adrian arrive à esquiver de justesse le second tir de l'ennemi. Nous rajoutons l'armement secondaire à notre seconde salve. Le blindé ennemi esquive mal et réceptionne l'essentiel de la salve. Il explose dans un hurlement de métal tordu et enflammé.

 

Un second blindé en face, nous ne sommes plus qu'à 100 mètres l'un de l'autre. Son canon frontal ouvre le feu, ainsi que son armement secondaire. Une rafale de laser et de plasma en fusion s'écrase sur mon blindage frontal et sur ma tourelle. Le bloc moteur est atteint et une fumée épaisse commence à envahir l'habitacle.

Adrian place le véhicule en urgence sur le côté du pont, laissant Nikolai et Meeker continuer la charge. Le vox comm inter-escouade s'active :

"Ici Liberator. Contournement effectué. En position pour frappe. Cible prioritaire ?

Adrian étant en train de juguler un début d'incendie à bord, je suis obligé quasiment d'hurler ma réponse dans le vox comms.

- Ennemi blindé à la sortie du pont. Demande destruction immédiate, nous avons bientôt terminé la traversée du pont !

- Compris."

J'ouvre l'écoutille de la tourelle et commence à sortir pour surveiller la sortie du pont. Nikolai et Meeker sont à 20 mètres devant moi, essuyant un tir lourd. Un rugissement se fait entendre et je vois des impacts répétés sur l'arrière du blindé ennemi. Le rugissement s'arrête quelques secondes pour être remplacé par une série de coups de tonnerre finissant par des explosions. La sortie du pont a été saturée d'explosifs et le tank ennemi rejoint son camarade ad patres.

Nikolai et Meeker sortent du pont et se dirige vers le checkpoint ennemi pour couvrir le débarquement. La colonne de transports de notre détachement est désormais renforcé par les unités bloquées qui ont décidé de nous rejoindre dans notre attaque. La voie est désormais ouverte pour l'infanterie.

L'ennemi va sacrément déguster.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Please sign in to comment

You will be able to leave a comment after signing in



Sign In Now